Les images des appareils futuristes qui pourraient remplacer les hélicoptères de transport de l'armée américaine

Le Black Hawk est l’hélicoptère de transport standard de l’armée américaine, devenu presqu’aussi iconique que les Hueys du Vietnam depuis le film Black Hawk Down, et avec leur rôle crucial dans les guerres d’Irak et d’Afghanistan.

Mais justement : les environnements chauds, sablonneux et à haute altitude sont mauvais pour les mécaniques fragiles et délicates des hélicoptères (dicton de pilote : un hélicoptère n’est pas un appareil, c’est un ensemble de pièces détachées qui vole en formation), et les Black Hawk sont entrain de subir une usure beaucoup plus forte que prévue lorsque les stocks actuels ont été fournis. D’où l’idée de les remplacer par des aéronefs plus modernes–c’est l’idée du programme “Joint Multi-Role Technology Demonstrator”, qui vise à sélectionner un premier prototype, avant de lancer la construction en série ; pour l’instant, lesdits prototypes n’existent qu’à l’état de plans, de maquettes et d’images de synthèse, mais les prototypes voleront dès l’année prochaine.

Regardons à quoi ils ressemblent, car justement ils ne ressemblent pas à des hélicoptères traditionnels.

Le Sikorsky-Boeing SB-1 Defiant

Sikorsky, participant dans une joint-venture avec Boeing, a misé sur deux rotors principaux l’un sur l’autre, une conception peu vue en Occident mais parfois utilisé à l’époque par les soviétiques. Rappelons que l’hélice qui soulève un hélicoptère par une force vers le haut lui donne également une force circulaire ; remédiée le plus souvent par une hélice latérale en queue d’hélicoptère, qui explique toutes les scènes de films d’action où cette hélice est dégommée et l’hélicoptère se met à tournoyer sur lui-même. L’autre option est d’avoir deux hélices une sur l’autre, chacune compensant la tortion de l’autre. 

Le SB-1, “Defiant” de son petit nom, possède également une hélice arrière, pour donner de la vitesse. 

Le Bell V-280 Valor

Le Bell V-280 est quand même un peu plus futuriste. En effet, il procède du système “tilt-rotor” : ses hélices sont placées en position verticale pour s’élever du sol, puis effectuent une rotation vers l’horizontal pour avancer. 

Cette idée de “tilt-rotor” a été testée de nombreuses fois depuis l’invention de l’hélicoptère, mais posait trop de problèmes techniques, jusqu’à la réalisation du V-22 Osprey., très apprécié, puiqu’il a la maniabilité d’un hélicoptère et la vitesse d’un avion.

Le V-280 s’inspire donc de ce même concept, pour faire un appareil au look, et surtout, à la fonctionnalité, plus futuristes. 

A LIRE AUSSI : Airbus prépare l’avion qui reliera Paris et New York en 90 minutes